Ma vie

Refuser de garder mes petits enfants, j’ai le droit !

par Isie DA
28 Avr 2017
Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les news d'Isie





Une vie de labeur pour arriver à cette retraite tant désirée, cet espace de liberté plein de promesses… Et pourtant, à chaque vacances, rebelote ! Vous voilà de garde… de vos petits-enfants. Adieu, calme et liberté. Bonjour, les petits monstres en culotte courte. L’aspect systématique d’une garde imposée par vos propres enfants commence à vous fatiguer, au propre comme au figuré ?! Voici quelques conseils pour oser la phrase libératrice « Non, cette fois, Mamie ne vous garde pas… »

Etape 1 : Exposez votre point de vue

Vous aimez passer du temps en famille et partager de bons moments avec vos petits enfants. Vos enfants le savent. Et parfois, ils en abusent en vous laissant les enfants, au mieux à chaque session de vacances, au pire, tous les jours après l’école… Résultat, vous manquez d’air, de temps et d’énergie. Peut être est-il temps de vous organiser différemment.

La première des choses à faire est sans doute d’amorcer le dialogue avec vos enfants. Exposez-leur clairement et sans animosité votre point de vue. En tant que retraité(e), vous aspirez à une certaine liberté et souhaitez disposer de votre temps libre comme bon vous semble.

Soyez honnête et avancez des arguments concrets. Le lundi, vous avez piscine, le jeudi, cinéma et le weekend, vous aimeriez bien profiter un peu de votre intimité. Les enfants sont adorables, mais, votre énergie n’est plus la même : vous avez besoin de repos. Et ceci, sans parler de votre envie d’entendre les piaillements des piafs, plutôt que ceux de Riri & Loulou.

En bref, montrez-leur que vous ne les rejetez ni vos enfants, ni leurs progénitures. Mais, votre vie personnelle est désormais votre priorité.

Etape 2 : Redéfinissez votre rôle

La seconde étape vers la libération consiste à vous positionner clairement dans l’organigramme des solutions de garde ! Nombre de psychologues s’accordent à dire que les grands parents sont trop souvent assimilés aux assistantes maternelles, au détriment de leurs projets personnels. Conséquences, Papy et Mamie accumulent fatigue et frustration, sans oser aborder le problème, par culpabilité.

Dites stop à la sollicitation systématique de vos services ! Plutôt qu’un rejet massif, proposez d’alterner : une fois au centre aéré, une fois chez Mamie. Réfléchissez en amont à quelques solutions de remplacement. Ainsi, vos enfants ne pourront mettre en cause votre bonne volonté…

Refuser de garder vos petits enfants est votre choix et votre droit. Si la communication est au coeur de votre démarche, il y a fort à parier votre position soit entendue et comprise.

Refuser de garder vos petits enfants est votre choix et votre droit.

Etape 3 : Déculpabilisez !

S’il y a un mot d’ordre à retenir, c’est bien celui-ci. Pour vous aider à chasser ce sentiment de culpabilité qui vous ronge, ou pour ne pas le laisser s’installer, soyez convaincu que vous faites le bon choix.

Vous octroyez quelques liberté n’entrave en rien l’amour que vous portez à votre famille. Vous êtes simplement comme une grande majorité de grands parents qui pensent que…

  • les parents exagèrent en confiant leurs enfants à leurs propres parents à la moindre occasion (62%)
  • c’est un soulagement de voir ses petits enfants partir à la fin des vacances (65%)
  • que les enfants font trop de bruit (65%)
  • que leur surveillance constante est une contrainte (42%)
  • qu’ils sont un frein pour réaliser des activités d’intérêt (29%)
  • qu’ils sont la cause d’un manque de temps quotidien (15%)

 

Votre démarche est parfaitement légitime, ne l’oubliez pas ! Alors, cessez donc de vous donner mauvaise conscience. Etre grand parent, ce n’est pas devenir parent à nouveau.

Vous avez voué toute votre vie à l’épanouissement de vos propres enfants, vous avez le droit de vous accorder un peu de répit, non ?

Retard de règles, à qui la faute ?!

Lire la suite de l'article

Critique positive, la technique pas innocente

Lire la suite de l'article

Votre avis nous intéresse

Quelle est votre situation ?

Nous pourrions vous vendre n’importe quelle assurance. Mais nous préférons vous orienter vers une solution qui vous correspond vraiment. Vous y gagnez et nous aussi. Pour vous y aider, un diagnostic rapide et efficace. 8 questions pour faire connaissance. Ne soyez pas timide !

Merci !
Merci de votre inscription !Un mail de confirmation vous a été envoyé.

Les Petites News d'Isie

5 min de plaisir pour cultiver la pensée positive