Mon corps

Mycose, cystite, infection urinaire… Eteindre le feu !

par Isie DA
Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les news d'Isie




J'accepte que les données saisies dans ce formulaire soient utilisées par DA.fr pour me recontacter dans le cadre d'une relation commerciale.


On en parle ?
Merci !
Votre rendez-vous
est confirmé. À très vite.
Merci !
Votre rendez-vous
est confirmé. À très vite.
    J'accepte que les données saisies dans ce formulaire soient utilisées par DA.fr pour me recontacter dans le cadre d'une relation commerciale.

    Panique chez Clarisse ! Quand elle m’a appelé dimanche pour me dire que sa vessie était en feu, j’étais à deux doigts de composer le 18. Après plusieurs grossesses, son gynécologue a semblé surpris de lui diagnostiquer sa « toute première » infection urinaire. Pour des raisons anatomiques (Merci la Vie !), les femmes sont très souvent sujettes aux cystites, mycoses et autres problèmes intimes. Après avoir accompagné Clarisse pour son « check-up pipi », j’ai voulu en savoir plus…

    Reconnaître une mycose et lui faire la peau !

    La mycose vaginale a mauvaise réputation. L’idée d’avoir un champignon installé au niveau de son intimité n’est pas forcément réjouissant, mais heureusement sans gravité.

    Très courant, le Candida Albicans est le champignon de prédilection des mycoses. Il apparait précisément lorsque les bonnes bactéries de la flore intime ne font pas bien leur travail. Lorsqu’elles sont naturellement présentes et de bonne humeur, elles tapissent la muqueuse et la protègent des inflammations et infections.

    Sur le plan symptomatique, la mycose vaginale se manifeste par des démangeaisons, des pertes blanches anormales et d’éventuelles rougeurs, notamment sur la vulve. Elle peut également être asymptomatique, d’où l’intérêt d’aller régulièrement consulter un gynécologue.

    Le traitement le plus courant consiste à utiliser un anti-fongique, en traitement oral ou vaginal. Attention, la mycose est une vilaine fille et a tendance à récidiver. Si vous êtes une bonne candidate, songez à revoir vos habitudes alimentaires et sexuelles.

    Pour éradiquer une mycose de manière efficace, il ne faut pas négliger sa dimension contagieuse. Votre partenaire devrait également être traité s’il ressent lui-même des démangeaisons.

    cystite pipi

    Et si c’était une cystite ? Se débarrasser du « pipi qui fait mal »

    La cystite est une forme d’infection urinaire particulièrement invalidante et très fréquente chez la femme. Plus précisément, il s’agit d’une inflammation de la vessie provoquée par une prolifération de bactéries intestinales. Mais que vient faire l’intestin dans cette histoire ? Me direz-vous.

    Les bactéries situées dans la région anale se propagent jusqu’à la zone vulvaire, envisagent une ascension en rappel par l’urètre et l’enflamment. De là, elles colonisent la vessie.

    Les symptômes sont les suivants :

    • une douleur type brûlure au moment d’uriner, parfois persistante
    • une sensation de tiraillement dans le bas ventre
    • une envie constante d’uriner mais une évacuation difficile, voire nulle
    • des urines troubles dont l’odeur est plus forte

    Pour évacuer ces mauvaises bactéries, il est essentiel de boire de grandes quantités d’eau. Régulièrement recommandé, le jus de canneberge est un remède naturel efficace. Ces petites baies auraient un effet de protection contre les bactéries résistantes et préviendraient la récidive. Le cranberry se boit donc en complément d’un traitement antibiotique ou en prévention.

    Assurance Cancer Féminin

    Cystite non traitée = pyolonéphrite ?

    La pyolonéphrite n’a rien de sympathique, pas même son nom imprononçable. A l’origine ? La même bactérie intestinale que la cystite : la fameuse Escherichia Coli, dont le nom est un véritable challenge orthophoniste. Cette infection urinaire aiguë est localisée dans les reins et se présente souvent comme une complication de cystite. En effet, la bactérie localisée dans la vessie traverse jusqu’à atteindre les reins et une infection non traitée peut avoir de lourdes conséquences.

    « Les symptômes ressemblent à ceux d’une cystite, avec des brulures et une envie fréquente d’uriner, mais ils accompagnement éventuellement de fièvre et d’une douleur localisée dans le bas du dos. »

    Les symptômes ressemblent à ceux d’une cystite, avec des brulures et une envie fréquente d’uriner, mais ils accompagnement éventuellement de fièvre et d’une douleur localisée dans le bas du dos.

    Un examen cytobactérilogique des urines permet de diagnostiquer la pyolénéthrite et un traitement antibiotique est prescrit.

    La pyolonéphrite est particulièrement dangereuse chez les femmes enceintes, puisqu’elle peut contaminer l’enfant pendant la grossesse ou à l’accouchement.

    bobo intime

    Prévention : comment éviter ces bobos intimes ?

    Si l’on part du principe que ces maux intimes aiment la récidive, il ne faut pas négliger le rôle de la prévention. Au quotidien, une certaine hygiène de vie est à privilégier et quelques mauvaises habitudes sont à bannir.

    Pour prévenir les mycoses, on oublie les savons parfumés et chimiques et on privilégie les gels intimes naturels. Les sous-vêtements irritants, les protège-slips parfumés et les jeans trop serrés doivent également sortir de nos vies. Les fortes chaleurs, la grossesse et certains médicaments peuvent également les provoquer, il est donc important de rester vigilantes pendant ces périodes.

    Les cystites, et donc indirectement les pyolonéphrites, peuvent possiblement être évitées grâce à l’hydratation. Boire au moins 1,5L d’eau par jour permet d’éliminer les germes.

    Il faut veiller également à ne pas laisser s’installer une constipation car elle favorise la multiplication des germes.

    Les produits lavants agressifs ou une toilette pas assez minutieuse favorisent les cystites. Enfin, il est impératif de se refaire une beauté après un rapport sexuel non protégé, notamment si vous pratiquez la sodomie. Une pratique idéale pour favoriser la prolifération des bactéries d’un univers à l’autre…

    S’il y a un doute, c’est qu’il n’y a pas de doute ! Filer chez le médecin est aussi une forme de prévention.

    Alors, prêtes à prendre le taureau par les cornes ?

    Quelle est votre situation ?

    Nous pourrions vous vendre n’importe quelle assurance. Mais nous préférons vous orienter vers une solution qui vous correspond vraiment. Vous y gagnez et nous aussi. Pour vous y aider, un diagnostic rapide et efficace. 8 questions pour faire connaissance. Ne soyez pas timide !

    Merci !
    Merci de votre inscription !

    Les Petites News d'Isie

    5 min de plaisir pour cultiver la pensée positive