Santé

Coup du lapin : doit-on courir à l’hôpital ?

par Isie DA
Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les news d'Isie




J'accepte que les données saisies dans ce formulaire soient utilisées par DA.fr pour me recontacter dans le cadre d'une relation commerciale.


On en parle ?
Merci !
Votre rendez-vous
est confirmé. À très vite.
Merci !
Votre rendez-vous
est confirmé. À très vite.
    J'accepte que les données saisies dans ce formulaire soient utilisées par DA.fr pour me recontacter dans le cadre d'une relation commerciale.

    Très souvent constaté après un accident de la circulation, le fameux coup du lapin est un trouble dont on parle beaucoup, mais dont on ne sait pas grand-chose. Localisé au niveau des cervicales, ce traumatisme peut avoir de lourdes conséquences s’il est sévère et mal soigné. S’il passe inaperçu sur le moment, il n’est pas rare d’observer quelques symptômes plusieurs heures après. Simple traumatisme ou danger ? Tout ce que vous devez savoir, c’est par ici…

    coup du lapin

    Traumatisme du rachis cervical : kézako ?

    L’origine du mot utilisé pour identifier ce traumatisme n’est pas très solidaire vis-à-vis de nos amis les bêtes. En effet, les lapins sont traditionnellement abattus par un violent coup derrière la tête. Dans le jargon médical, le coup du lapin est appelé traumatisme du rachis cervical, souvent provoqué par un accident de la route.

    Même à faible vitesse, certains chocs arrières peuvent être responsables de petits traumatismes, généralement sans gravité. Le mécanisme est assez simple à comprendre. Le passager est installé sur son siège. Un choc arrière, même léger, le pousse vers l’avant, puis le fait revenir brutalement à sa position initiale. Pendant ce temps, le cou est aux premières loges…

    Pendant la consultation, les médecins vérifient qu’une lésion ne s’est pas glissée au niveau de la colonne vertébrale.

    Les symptômes qui mettent la puce à l’oreille

    Survenant le plus souvent au cours d’un accident de la circulation sans gravité et plutôt « banal », le coup du lapin est rarement détecté le jour même. Après avoir subi un choc très relatif, les passagers et conducteurs rentrent chez eux sans passer par la case hôpital.

    Plusieurs heures après, la personne se plaint éventuellement de :

    • Raideurs de la nuque
    • Douleurs au niveau du cou, des épaules, du dos, du bas du crâne
    • Céphalées
    • Vertiges
    • Flou visuel

    Ces symptômes dépendent bien sûr du type de traumatisme et de la réaction de chaque organisme. Il n’est pas rare qu’ils se manifestent plus tard, ce qui complique le diagnostic. Le patient fait plus difficilement le lien entre un petit choc presque imperceptible et les gênes qu’il peut ressentir quelques jours, voire semaines après.

    « Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas mettre sa nuque au repos, mais pratiquer des exercices doux pour l’aider à renforcer ses muscles. »

    Quand doit-on filer direction les urgences ?

    Par essence, et contrairement à nos amis à quatre pattes, le coup de lapin n’est pas grave. S’il survient à la suite d’un léger choc, ses symptômes finissent par disparaître et le traumatisme est vite oublié. Pour faciliter ce rétablissement, des solutions existent.

    Le traumatisme du rachis cervical est à ne pas confondre avec l’entorse cervicale grave. Cette dernière peut avoir de lourdes conséquences, puisqu’elle peut endommager la colonne vertébrale et donc la moelle épinière. Elle est provoquée par un choc nettement plus violent et sa survenue est plus rare.

    La plupart du temps, les chocs légers à l’arrière n’ont pas de conséquences lourdes. En revanche, les chocs frontaux, latéraux et à vive allure (50 km/h et au-delà) doivent être pris très au sérieux.

    Si le traumatisme a été violent et que le patient ressent des douleurs intenses et prolongées, il est urgent d’aller consulter un médecin. De plus, si les principaux symptômes du coup du lapin sont accompagnés de troubles neurologiques inexpliqués, direction les urgences !

    coup du lapin

    Le coup du lapin se soigne-t-il ?

    Dans la majorité des cas, les spécialistes effectuent un examen médical pour détecter une éventuelle entorse et évaluer l’ampleur du traumatisme, sans passer par la case radio. Lorsqu’ils constatent que le traumatisme est léger, ils prescrivent simplement au patient un traitement antidouleur et anti-inflammatoire, ainsi qu’un relaxant musculaire à appliquer en massage.

    Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas mettre sa nuque au repos, mais pratiquer des exercices doux pour l’aider à renforcer ses muscles.

    L’exercice des doigts croisés est idéal pour guérir sur le long terme ce petit traumatisme et ainsi éviter que les symptômes persistent pendant des années :

    • Installez-vous confortablement sur le sol en vous tenant bien droit
    • Croisez vos jambes en tailleur pour maintenir votre dos droit
    • Croisez les doigts de vos deux mains jusqu’à les réunir
    • Posez le plat de vos mains croisées sur votre front et maintenez-les fermes et immobiles
    • Effectuez des petites pressions avec votre front pour pousser vos mains. Votre nuque se met au travail
    • Reproduisez l’exercice en mettant les mains croisées derrière votre tête.

    Si les symptômes persistent après plusieurs mois, n’hésitez pas à en parler à votre médecin. Adepte des médecines naturelles, je ne saurais que trop vous inviter à consulter également un ostéopathe. Pas de panique, Chez Défense Assurances, votre mutuelle vous rembourse. Vos frais d’hospitalisation éventuels sont aussi pris en charge.

    Pour les autres, n’oubliez pas votre ceinture de sécurité ! Bonne route 🙂

    Quelle est votre situation ?

    Nous pourrions vous vendre n’importe quelle assurance. Mais nous préférons vous orienter vers une solution qui vous correspond vraiment. Vous y gagnez et nous aussi. Pour vous y aider, un diagnostic rapide et efficace. 8 questions pour faire connaissance. Ne soyez pas timide !

    Merci !
    Merci de votre inscription !

    Les Petites News d'Isie

    5 min de plaisir pour cultiver la pensée positive