Débat

1 français sur 3 renonce à se faire soigner, normal ?

par Isie DA
24 Fév 2014
Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les news d'Isie




J'accepte que les données saisies dans ce formulaire soient utilisées par DA.fr pour me recontacter dans le cadre d'une relation commerciale.


Mes amis, encore une enquête effarante qui met en abyme une bien triste réalité. Alors que notre système de santé est plutôt généreux, les statistiques annoncent qu’un français sur trois a déjà renoncé à se faire soigner. Entre dépassement d’honoraires, file d’attente interminable pour consulter un spécialiste et absence de tiers payant dans certains cas, un tiers des français est prêt à sacrifier sa santé au profit de quelques euros de plus à la fin du mois. Isie la rapporteuse se penche sur le problème…

Abandon de soin : portrait robot

Largement relayée par la presse, cette enquête dresse le portrait de ces français qui renoncent à se faire soigner. Premier constat, les femmes (40% vs 22% pour les hommes) et les jeunes – 18/39 ans – sont les premiers à faire le sacrifice de leur santé. Les séniors, pourtant davantage sujets aux soins médicaux, ne sont « que » 22% à les négliger.

Ces chiffres, considérables, placent les français en seconde place au sein de l’Union Européenne. Seuls les polonais – 39% – se sacrifient davantage. A noter, les Etats Unis, dont le système de santé est pourtant réputé moins favorable que le nôtre, affichent tout de même des résultats plus encourageants, à hauteur de 23%. En Europe, la moyenne tourne plutôt aux alentours des 10%.

Quels soins les français remettent-ils à plus tard ?

Concrètement, les soins dentaires (25%), l’optique (17% lunettes et lentilles confondues) ainsi que l’achat de médicaments sont les postes les plus sacrifiés. Un résultat qui étonne peu au regard de la qualité de remboursement de ces problématiques.

Rappelons que les soins basiques chez le dentiste sont remboursés par la Sécurité Sociale à hauteur d’une vingtaine d’euros en moyenne. S’agissant de l’optique, un verre est pris en charge entre 2 et 66 euros
Quant aux médicaments, la liste des traitements non remboursés s’allonge d’année en année.

Outre la crainte d’une somme trop élevée à débourser (88%), les français concernés pointent du doigt l’inégalité d’accès aux soins et des délais d’attente trop long. Et oui, car si notre système de santé est généreux, il est efficace sous conditions, à commencer par celle de consulter un médecin conventionné.

Un véritable périple en région parisienne, où 60% des patients renoncent à certains soins… Entre dépassement d’honoraires assuré, prise de rendez vous sous 3 mois (d’ici là, gardez vos angoisses de la maladie !) et sélection par téléphone dans certains établissement ( Allo ? Vous avez la CMU ? On a n’a plus de place, merci !), il y a matière à en décourager plus d’un… Et je vous épargne le coup de la Carte Vitale refusée qui vous rallonge le délai de remboursement de plusieurs semaines…

Quelles solutions pour se faire soigner sans se faire plumer ?

Si les français jugent notre système de santé plutôt bon dans l’ensemble, sauf peut être ceux qui renoncent par crainte de l’erreur médicale, certains font preuve d’ingéniosité pour se faire traiter sans y laisser un rein…

Première piste, très exploitée pour les soins dentaires, le tourisme médical. En la matière, les pays de l’Est se sont largement imposés. Autre possibilité, les centres de soins gratuits, hôpitaux ou centres médicaux sociaux. Toutefois,l’attente y est longue est le service souvent dans l’urgence en raison du nombre de patients à traiter. Les achats de médicament sur le net, ou ceux de lunettes, sont également en plein boom. Méfiance tout de même sur les contrefaçons médicamenteuses…

Pour palier à ces désagréments, s’équiper d’une mutuelle santé solide reste une option non négligeable pour soulager votre budget et anticiper les soucis. Petit plus, les – bonnes – mutuelles disposent souvent d’un réseau de médecins à vous conseiller. Conventionnés et recommandés, ils deviennent accessibles et le circuit de prise en charge s’en trouve optimisé.

Allez, tous chez le dentiste !

Sources: Europ Assistance

Argus II, un œil bionique qui rend la vue aux aveugles !

Lire la suite de l'article

Amour en fleurs : comment parler sexe avec votre ado ?

Lire la suite de l'article

11 commentaires

Laisser un commentaire
  1. […] de là. Selon une étude publiée en 2012 par le Cabinet de Conseil Jamla*, 59% des français ont renoncé à se soigner faute d’avoir obtenu une consultation rapide chez le […]

  2. […] de là. Selon une étude publiée en 2012 par le Cabinet de Conseil Jamla*, 59% des français ont renoncé à se soigner faute d’avoir obtenu une consultation rapide chez le […]

  3. […] qui tout de même, est le problème initial, nous voyons que l’argent ne fait pas tout… Si un tiers des français renoncent à se faire soigner, c’est aussi en raison des délais d’attente trop longs, de la […]

  4. […] qui tout de même, est le problème initial, nous voyons que l’argent ne fait pas tout… Si un tiers des français renoncent à se faire soigner, c’est aussi en raison des délais d’attente trop longs, de la […]

  5. […] et de présenter votre carte vitale à l’issue de votre rendez-vous. Objectif : en finir avec le renoncement de soins, faute d’argent. Seul bémol : un désaccord massif des […]

  6. […] et de présenter votre carte vitale à l’issue de votre rendez-vous. Objectif : en finir avec le renoncement de soins, faute d’argent. Seul bémol : un désaccord massif des […]

  7. […] à contre courant lorsque l’on sait que le coût des soins de santé est un des principaux  freins  à leur accès ; et que les populations dépourvues de mutuelle sont généralement les moins […]

  8. […] à contre courant lorsque l’on sait que le coût des soins de santé est un des principaux  freins  à leur accès ; et que les populations dépourvues de mutuelle sont généralement les moins […]

  9. […] appareils auditifs ont un prix et c’est d’ailleurs pour cela que bon nombre d’entre nous y renoncent faute de moyens suffisants. Pourtant, il est rigoureusement essentiel de s’équiper dès les premiers signes, […]

  10. […] la généralisation de la couverture santé pour les salariés Français. Son objectif ? Améliorer l’accès aux soins de tous les employés. Depuis janvier 2016, les employeurs sont donc les premiers concernés […]

  11. […] Mon opinion : grosse déception car aucune contrainte n’a été mise en place pour la prise en charge des prothèses dentaires. Un point qui est pourtant à l’origine des principaux renoncements aux soins ! […]

Votre avis nous intéresse

Quelle est votre situation ?

Nous pourrions vous vendre n’importe quelle assurance. Mais nous préférons vous orienter vers une solution qui vous correspond vraiment. Vous y gagnez et nous aussi. Pour vous y aider, un diagnostic rapide et efficace. 8 questions pour faire connaissance. Ne soyez pas timide !

Merci !
Merci de votre inscription !

Les Petites News d'Isie

5 min de plaisir pour cultiver la pensée positive